ANTENNES D’ÉCOUTE

Les 3 antennes d’écoute et de formation de Choisir la Vie

Nobitatius doluptaquia earchil iberibus et, qui core porrum et hit doluptusamus mo voluptatquam derae perum etur?

Lique volupta int laudam comnihicime volore volorro quas rem doluptatiis re, quiandi alit, odicilic tes maximos magniet laut pel etur repelendit quas accus excesti tempores a dest rereptatur.

SOS FEMMES ENCEINTES

SOS FEMMES ENCEINTES

ANTENNE D’ÉCOUTE POUR LES FEMMES ENCEINTES EN DIFFICULTÉ

09 62 69 22 04

L’action principale de Choisir La Vie est l’écoute téléphonique, l’accueil et l’assistance aux femmes enceintes en difficulté.

Chaque jour, des écoutantes, formées et bénévoles, se relaient pour répondre aux appels de femmes enceintes en situation détresse.

L’immense majorité des femmes qui appellent l’antenne souhaitent garder leur enfant, mais sont trop souvent contraintes à avorter par la pression de leur entourage.

Si nous consacrions autant d’efforts à les aider à faire le choix de la vie qu’à propager la culture de mort, que de vies innocentes pourraient être sauvées !

MA FILLE EST ENCEINTE

MA FILLE EST ENCEINTE

ANTENNE D’ÉCOUTE POUR LES PARENTS D’UNE ADOLESCENTE ENCEINTE

07 62 03 72 20

« Ma fille est enceinte » est une cellule de l’association Choisir la vie à destination des parents d’adolescentes enceintes.

Avec une sexualisation de plus en plus précoce de notre société, les grossesses à l’adolescence sont une expérience qui vivent de nombreuses familles. À 15, 16 ou 17 ans, la jeune fille vit le plus souvent chez ses parents, et se retrouve totalement démunie devant la découverte de sa grossesse.

Si le nombre de grossesses des jeunes filles mineures a diminué en France ces dernières décennies (aux alentours de 18 000 en 2015), celles-ci se soldent par une IVG dans les 2/3 des cas !

Bien souvent, la jeune fille est pourtant désireuse de donner la vie à son enfant, et a pour cela besoin d’un accompagnement bienveillant et rassurant.Or les parents sont la plupart du temps démunis et apeurés devant ces grossesses imprévues. Pour eux aussi, c’est un choc : leur enfant va devenir parent, à un âge où il s’assume souvent peu et reste dépendant d’eux en de nombreux aspects.

On comprend qu’il est délicat, dans ces situations de crise, de prendre le recul nécessaire pour faire la part des choses et accompagner son enfant avec maturité, sérénité et sagesse.

Nos écoutantes sont disponibles 7 jours sur 7 pour accompagner les parents dans leur détresse. Elles leur ouvrent un espace de parole alors qu’ils ont souvent honte de se confier à leur entourage. Elles leurs présentent les différentes possibilités qui s’offrent à leur filles, les aides et solutions possibles. Ensemble, ils posent les choses pour vivre au mieux la situation et en sortir grandis.

NOS MAINS NE TUERONT PAS

NOS MAINS NE TUERONT PAS

ANTENNE D’ÉCOUTE & DE FORMATION POUR LES PERSONNELS SOIGNANTS

02 54 01 11 24 ou 06 74 18 25 30

"Nos mains ne tueront pas" est une cellule de l’association Choisir la vie. Elle regroupe des professionnels de santé qui manifestent leur refus d’attenter à la vie d’une personne humaine dans leurs soins : avortement, euthanasie, IMG, ITG, IVG, pilule du lendemain, sédation profonde et terminale…

Cette cellule est dédiée à l’écoute et à la formation des professionnels de santé : médecins, infirmières, aides-soignants, pharmaciens mais aussi aumôniers.

Depuis le 3 août 2016, dans le cadre de la loi sur la fin de vie (Claeys-Léonetti), a été introduit la notion de sédation profonde et continue jusqu’au décès. Son usage pose de nombreuses interrogations et cas de conscience. Des hommes et femmes de terrain déplorent une dérive euthanasique de la sédation. "De nombreux témoignages concordent et font état d’une extension de cette pratique, en gériatrie, en cancérologie et parfois en soins palliatifs. Les sédations sont posées, sans mauvaise intention exprimée, mais en l’absence de questionnements profonds. Un abandon du discernement qui pousse ces professionnels à échanger, réfléchir et chercher des solutions concrètes", explique Odile Guinnepain, infirmière en soins palliatifs et responsable de l’antenne.

La mort passive, comateuse et parfois accélérée des personnes en fin de vie se généralise. La situation est d’autant plus complexe pour les professionnels de santé que l’objection de conscience ne s’applique, en droit Français, qu’à trois cas particuliers : IVG, stérilisation et manipulations embryonnaires.

"Nos mains ne tueront pas" propose à ces professionnels de santé une écoute, une aide au discernement et des formations régulières. Le corps médical est souvent désarmé face aux réalités intérieures de patients âgés ou vulnérables, de plus en plus méconnues, qui se manifestent à travers des symptômes et comportements physiques identifiables. Il semble urgent de réintroduire ces notions, pour éviter de régler de manière plus ou moins expéditive ce qu’on ne parvient plus à comprendre. Avec la "sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience maintenue jusqu’au décès" demandée dans la loi, de nombreux actes médicaux posés vont plus loin que de soulager la douleur ou la souffrance.

Aujourd’hui, il meurt 600 000 personnes par an en France ; 70% décèdent dans des institutions de santé. Sur ces 70%, plus de 50 % sont sédatés, soit plus de 200 000 personnes.

Agenda

Il n'y a pas d'événement planifié à venir.

Suivez-nous sur

Facebook
Twitter

AIDEZ-NOUS !

GRÂCE À VOS DONS, AIDEZ-NOUS À MENER NOS ACTIONS POUR SAUVER DES VIES.

Chacune de nos actions a un coût. Sans votre générosité, elles ne pourraient être réalisées. Merci pour chaque bébé sauvé !
Choisir la Vie
70 boulevard Saint-Germain
75005 Paris
01 45 53 56 80
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
© 2019 - Choisir la Vie  |  Mentions légales